18/04/2011

Mail correctif de monsieur Guy Fruchart à notre intention

 

"en ce qui concerne ce badge (qui semble être brodé), il a très
certainement été réalisé selon les désidérata de celui qui l'a voulu
ainsi, reste à savoir pour qui....qui pourrait en donner réponse.

Très peu de l'ensemble des unités françaises (FAFL ou non) qui ont
oeuvré au sein de la RAF ont eu droit à un badge, ce qui d'autant plus
honorifique pour celles-ci :
- au F.C., le 341 Sqn "Alsace" et le 345 Sqn "Berry",
- au B.C., seul le 342 Sqn "Lorraine"

Ainsi donc si le "Guyenne" avait obtenu cet honneur, son badge aurait
été du même style que celui-ci, avec, ou le lapin à besace ou l'aigle
egyptien et la devise "Surgite,Nox a dest".
Tout le reste, en ce qui concerne la période en Grande-Bretagne, n'est
qu'élucubrations.

Amitiés.
Guy"

Voici les badges de l' Alsace que Guy Fruchart a jointes à son Mail

17 mai 2011

Une très bonne nouvelle !

Camille Coquot nous signale qu'il a trouvé une photo prise à Morpeth où figure André Esquilat !

Merci Camille il me tarde de voir cette photo et de pouvoir l'ajouter sur le site !

Haut les coeurs, c'est un signe ! Nous allons trouver la photo de l'équipage !

27/05/2011

Nous avons pu reconstituer virtuellement l'éuipage Joumas et mettre un visge sur chacun des noms....

29/06/11

Selon une information en provenance de l'administration allemande  en réponse à des prises de contacts faîtes par Jean Michel, le lieu de crash du NA547  serait encore parfaitement connu.

Ceci pourrait permettre à la fois d' y poser une stèle, et peut être d'y effectuer des fouilles complémentaires à la recherche de quelques vestiges qui y seraient encore enfouis.

Que sont devenues les pales d'hélice qui avaient été utilisées pour marquer les tombes initiales ?....

Il nous faudrait peut être faire passer une annonce sur un journal local mentionnant notre quête de témoins ou de vestiges de cet avion ...

Texte du courrier de  l' Administration intercommunale de Meisenheim :

"

Monsieur,

J’ai pu consulter notre archiviste, qui s’est chargé des recherches relatives à vote demande.
L’endroit où l’avion s’est écrasé, entre les communes de Löllbach et de Hoppstädten, peut aujourd’hui encore être localisé avec précision.

Néanmoins, il n’a pas été possible de savoir ce que sont devenus les restes du pilote tué dans l’accident. Les recherches ont révélé que le conseil municipal de l’époque, alors sous domination national-socialiste, ayant refusé l’inhumation du corps dans le cimetière communal, il a été enterré non loin des lieux de l’accident. En revanche, l’exhumation ultérieure de la dépouille du pilote et son transfert dans un autre lieu n’a pu être confirmée.

Regrettant de ne pouvoir vous communiquer d’autres éléments, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Par ordre

 

 

Vetter

Administration intercommunale de Meisenheim
Obertor 13
D-55590 Meisenheim

 

 

14/10/2011

Mademoiselle Mauret du SHD de Vincennes nous informe ce jour qu'elle a trouvé à Dijon au BAARA les dossiers de Esquilat et Martrou et qu'elle les tient à notre disposition à Vincennes. Il semblerait que celui de Martrou contienne une photo et son ordre de mission.

La "quête" continue....

27/11/2011

Nous avons deux belles photos de Dugnat et une de Martrou + les cartes de nav de Joumas.

J'ai eu la confirmation que Esquilat avait un frère. Malheureusement celui -ci est décédé en octobre 2003 à Nice. J'essaie de retrouver si il y avait des ayant droits à sa succession. Mais ayant été mis en fosse commune , j'ai des doutes.

 

12 décembre 2012

je découvre aujourd'hui en recevant la copie de l'acte de décès de Jacques Esquilat que la mairie de Nice m'a envoyé aussi celui de sa mère...

Madame Esquilat que je croyais plutôt repartie en AFN après les décès de son mari et de son fils était en fait semble-t'il repartie vers les Alpes Maritîmes où son second fils était né en 1930...Elle y est morte dans une maison de retraite en 1988 près de Nice. Malheureusement cette maison de retraite a été depuis fermée....La piste s'arrête là encore une fois... Il me reste encore la demande d'enquête auprès de la chambre notariale des Alpes Maritîmes pour la succession de son fils Jacques pour essayer de retrouver trace de nouveaux documents concernant André...

J'ai bien sur à l'heure actuelle une pensée toute particulière pour mon père pour qui j'avais, en partie , entrepris ces recherches et qui s'est éteint en mars de cette année 2011.

Pourquoi avoir entrepris ces recherches ?

Pour lui permettre de retrouver un peu son ami d'adolescence  ?

Pour lui montrer mes connaissances de cette pèriode dont il m'avait donné

le goût du devoir de mémoire ?

Mais il m'arrive souvent de penser que je suis allé au delà de ce qu'il souhaitait vraiment.C'était un peu ce que je ressentais parfois quand je lui communiquais certains résultats dans ces deux dernières années.

Il m'a communiqué le goût de l'histoire de ce conflit 1939-1945 et de ses turpitudes.

Ce conflit était encore très vivace dans la chaire et le souvenir de mes parents dans les années 1950. Les traces étaient encore visibles sur  les immeubles de Lyon touchés par le bombardement américain  de mai 1944.

La peine de la disparition d'amis, la joie d'ête en vie, de goûter à la paix, d'avoir un peu participé à la libération du pays, ont contribué à une peinture des évènements un peu personnelle proche de celle qui fut enseignée aux enfants en école primaire dans les années 1950. La résistance , les FFI qui libérent la France en tendant des embuscades sur les routes...Les avions à croix de Lorraine qui survolent les campagnes...

Mon père était aussi peut être déjà un peu las de la réalité vécue, des mythes....

J'essaie aujourd'hui de retrouver trace d'une réalité plus objective.

Réalité qui n'enlève rien au sacrifice des équipages tombés après novembre 1942 et dont nous nous faisons le devoir avec Jean Michel de perpétuer le souvenir d'une façon la plus complète possible.

 

30/12/2011

En cette fin d'année la "quête" s'est accélérée...

En faisant une synthèse de nos documents enregistrés sur Bayle, Joumas et Dugnat, nous "re" découvrons que Bayle avait été à la 32 escadre et en allant sur le site

.histavia21

nous trouvons une photo de groupe  où il figure en 1940 au 2/32

En revisitant le site : "Equipages dans la tourmente" de Vincent Lemaire

consacré à la 31 escadre de bombardement en contactant l'auteur pour une petite correction quant à l'affectation de Joumas en Angleterre, et pour lui proposer une photo de celui-ci de 1940, nous découvrons qu'il possède des  reliques de Esquilat ....

"

- son insigne de brevet français matriculé de mitrailleur délivré en Grande Bretagne,
- son insigne numéroté du GB 2/23 Guyenne
- son attache "France"
Fabuleux !
Espérons que 2012 sera aussi fructueuse !
Un grand merci à toute cette chaîne qui s'est manifestée en 2011 autour de nous et qui nous a permis de tant avancer !
A l'instant encore de nouvelles informations nous arrivent concernant le sous-lieutenant Bayle par le biais de Monsieur Gilberti  !
Vraiment un grand  merci à tous !

 

 

15 février 2012

Elle semble l'être !

de nouvelles découvertes faîtes surtout par Jean Michel qui est allé passer plusieurs jours à Vincennes et qui a "épluché" chaque dossier et qui a trouvé deux documents qui m'avaient échappés et pas n'importe lesquels ...

Les ordres de missions de Esquilat et de Joumas avec leurs photos...

Qui s'ajoutent aux photos que j'avais découvertes de Joumas en civil il y a bientôt un mois...

Bravo Jean Michel !

 

10 juillet 2013

Nous sommes allés à Löllbach !

Et quels moments inoubliables !

Harry Schneider et ses administrés nous ont accueillis avec une telle gentillesse et avec de tels égards !

Nous avons oublié complètement que nous étions sur le territoire d'une nation dont l'équipage du NA 547 venait de bombarder les installations dans la ville de Worms.

Nous avons pu parler avec des témoins de la chute de l'avion.

Ils se souviennent que c'est le bruit de l'avion qui venant du sud les a fait sortir de leurs maisons.

Il était en feu et il tournait sur lui-même en traversant le ciel du sud vers le nord.

Ils n'ont pas entendu de bruit de combat aérien, canons, mitrailleuses au-dessus d'eux. Seulement le bruit de l'avion.

Après une rencontre autour d'un sympathique petit déjeuner et la présentation de la vidéo "le V du Guyenne n'est pas rentré", ils nous ont présenté une pièce du Na 547 qu'une habitante âgée du village

Frau Elly Schwarz conservait chez elle. Ils lui ont demandé gentiment si elle voulait nous la donner car ils souhaiteraient nous en faire don...

Nous avons tenu dans les mains  le dernier  vestige de cet avion (ou qui sait un des derniers vestiges ...)...

Quel moment  pour Jean Michel et moi...

Une sacré  étape pour cette quête commencée pour moi vraiment en 2006 avec une demande faîte au SHA pour une recherche de la photo de l'équipage du Na 547 et où l'on m'avait envoyé l' état de perte de l'équipage dréssé par le révérend père Meurisse...

26 juillet 2014

Depuis juillet 2014 le seul èvénement notable fut la découverte par Jean Michel du fils d'un ami de son oncle Guy Bourreau  .

Cet ami, Joseph Constant, avait suivi le même parcours que son oncle depuis 1940 avec départ pour les écoles d'AFN,  et affectation en unité dans ces mêmes territoires.

Ensuite, après le débarquement de novembre 1942,  il avait été affecté lui aussi en Angleterre, mais au groupe Lorraine  et en tant que technicien radio au sol...Le site de notre ami Philippe Ducastelle a permis une fois encore de nouer des liens. Ceci a apporté à Jean Michel un bon nombre de photos de son oncle en AFN. Ces photos sont bien sur reproduites sur ce site dans la biographie de Guy Bourreau.

Par contre nous avons du différer la cérémonie en Allemagne pour la dépose et l'inauguration de la stèle.  Triste évènement familial chez Jean Michel et difficulté pour trouver une véritable idée pour le motif de cette stèle. De plus il faut bien admettre que dans la fièvre de notre voyage à Löllbach nous avions eu peut être tendance à voir un peu grand.

Nous devons nous rapprocher de l'Associaition des Anciens et Amis des Groupes Lourds pour obtenir quelques subventions même minimes pour cette commémoration.

Le service des tombes militaires de Metz a notre demande s'est livré à une enquête sur cette tombe à la Nécropole de Cronenbourg attribuée à Louis Martou aviateur décédé le 21/02/1945  et a conclu a une mauvaise identification.

Il nous a également indiqué que le cercueil de Bayle avait été transféré de Löllbach à Bordeaux Mérignac en février 1948.

Mais les archives de la ville de Bordeaux n'ont pas trace d'une inhumation dans le cimetière à cette date...

Suite à plusieurs remarques de Jean Michel me demandant de faire une action auprès de la mairie de Lyon pour que le nom de Esquilat figure sur le monument aux morts de la ville, j'ai entrepris une action dans ce sens.

Celle-ci vient de trouver son épilogue par un appel du service des anciens combattants qui m'a indiqué qu'il allait donner suite à notre demande si je pouvais lui fournir copie de l'acte de décès de André Esquilat.

Grâce encore à Jean Michel et à la bonne idée qu'il a eue de photocopier l'intégralité des documents des dossiers que nous avons pu consulter à Vincennes et à sa gentillesse de m'avoir envoyé l'intégralité de celui de André, ce fut chose facile.

Enfin peut être a-t- il pu lui aussi, pendant ses vacances, retrouver la tombe de Bayle à Bordeaux grâce aux No de carrés concernant des tombes Bayle qu'un employé du cimetière de Bordeaux avait eu la gentillesse de me communiquer.

 

 

8 septembre 2014

Nous avons pu récupérer tout à fait par hasard le brevet de pilote de tourisme de Pierre Bayle le pilote de l'avion grâce à Aeroforum et une demande de ma part concernant le naviguateur Dugnat !

Si Jean Michel n'a pas pu se rendre au cimetière de Bordeaux, par contre un journaliste du quotidien du Puy de Dôme que j'avais contacté il y a quelques mois pour demander quelques lignes dans leur journal sur Dugnat s'est manifesté et va écrire un article sur ce dernier dans l'édition de Thiers qu'il publiera bientôt. Cela pourra peut être nous aider pour prendre contact avec des apparentés.

D'autre part il nous faut dès maintenant préparer la cérémonie de la dépose de la stèle en 2015. Car par expèrience de cette année tout s'enchaîne très vite en début d'année...

A quelle date ?

De quelles aides pouvons nous bénéficier ?

L'Amicale des Anciens et Amis des Groupes Lourds accepterait elle que nous servions de sa notoriété pour mettre en place ces demandes auprès des services officiels ?

Quel budget minimum prévoir en liaision avec la mairie de Löllbach ?

Qui inviter ?

Quelle stèle ?

Quel motif ?