Les membres de l'équipage eurent des carrières diverses comme il est noté dans leurs histoires.

.  Nous avons réuni ici des photos des principaux types d'avions soit sur lesquels ils volèrent effectivement, soit  qu'ils cotoyèrent à différents titres en fonction de leurs affectations.

 

Le Lieutenant Joumas a volé comme observateur sur ces avions en 1939-1940 . Par contre Il n'a fait aucune mission de guerre avec.

Le sergent (à l'époque Bayle a volé en France comme pilote sur Bloch 200 mais là aussi il n'a pas fait de mission de guerre avec.

De gauche à droite Bloch 200, Bloch 210.

 

 

  Joumas et Dugnat voleront en Afrique Occidentale Française, respectivement en tant qu'observateur et mitrailleur sur Glenn en début 1943 soit après la pèriode de Vichy avant de partir en Angleterre.

Le meilleur avion français de bombardement moyen le Lioré et Olivier 45 ou 451 ou LeO 45 ou LeO 451 suivant la version.

L'avion que beaucoup d'entre eux connurent et sur lequel ils s'entraînèrent en Afrique du Nord, voir qui fut affecté à leur unité juste avant l' armistice de juin 1940.

  Joumas durant la fin de la campagne de France et  à Meknes fin 1943 et Bayle, à Meknes, fin 1943    volerent rapidement  sur cet avion.

Dugnat, Esquilat , Martrou, Barde  eurent-ils l'occasion de voler pendant leur pèriode d'entraînenement en Algérie en 1943 avant de s'embarquer pour l'Angleterre ? Nous n'en avons pas encore la certitude mais c'est une possibilité.

 

 

 

 

 

Leo 45
Leo 45

  Barde  en mai 1940 travailla en tant que personnel civil à Toulouse sur le Dewoitine 520 avant qu'il ne s'engage en 1941 dans l'Armée de l'Air

Puis après s'être engagé en 1941 il fut affecté à une unité de Potez 63/11, il espérait bien pouvoir voler sur cet avion, le fit-il non officiellement ?...

Ci-dessous

Dewoitines 520, à Toulouse,  vraissemblablement en 1940.

 

 

 

 

 

D.520 avant armistice 1940
D.520 avant armistice 1940

Ci-dessous le Potez 63-11.

Dugnat fit toute la campagne de France sur cet avion comme mitrailleur.

Etienne Barde le connut alors qu'il était affecté au Maroc comme mécanicien au sol à une unité volant sur cet avion

Potez 63-11
Potez 63-11

Lettre de Barde à son parrain en mai 1940 notant son travail sur D520

Esquilat quant à lui, arrivant en Algérie en 1941  à Oran, dut connaître sur cette base des D.520 ceux du groupe I/3 devenu le III/3 par suite du départ en dissidence en octobre 1941 de trois pilotes dont le célèbre Marcel Albert, mais son unité était équipée de Bloch 174-175, sur lequel vola Saint Exupery lors de sa célèbre mission sur Arras qu'il décrivit dans Pilote de Guerre, cet avion fut  la meilleure réalisation en 1940 de Marcel Bloch qui deviendra par la suite Marcel Dassault   .

 

Bloch 174 ou 175 du GR 2/52
Bloch 174 ou 175 du GR 2/52

Martrou,quant à lui,  a du connaître en AFN pendant son afffectation au GB I/32

le Douglas DB-7 qui n'était pas encore  appelé Boston nom que les anglais lui donnèrent par la suite ( merci Guy pour ton rappel à l'ordre).

Ses états de services en notre possesion à l'heure actuelle ne nous le précisent pas. Et Il a pu connaître comme élève pilote en AFN du 1/02/1943 au 1/10/43 le NA-57 prédécesseur du T6. Son carnet de vol ne figurant pas dans son dossier conservé à Pau, nous ne pouvons pas l'affirmer.

De gauche à droite Douglas DB-7 et NA-57

 

 

 

Douglas DB-7 du GB I/32
Douglas DB-7 du GB I/32
NA-57  le précurseur  du T6
NA-57 le précurseur du T6

Guy Bourreau a connu à partir de septembre 1940 au GB I/23 le Glenn Martin 167 de conception américaine, a-t'il volé dessus ?... là encore son carnet de vol  si nous l'obtenons nous le dira peut être

Enfin tous ont volé en écoles anglaises sur ces deux avions à leurs postes respectifs ou pour certains : navigateurs, bombardiers, ou pilotes,  à d'autres postes que les leurs, pour leur permettre une certaine polyvalence d'urgence :

L'Avro Anson et Vickers Wellington,tous deux bimoteurs.

Avro Anson
Avro Anson
Vickers Wellington
Vickers Wellington